Les gens “ouverts”, ont-ils un cerveau plus connecté ?

La relation entre la personnalité et le fonctionnement cérébral est un sujet central en psychologie. Selon Lewis Goldberg et son modèle empirique des « big five » (les grands cinq), 5 dimensions permettent de décrire la personnalité : la conscience, l’extraversion, l’agréabilité, le névrosisme et l’ouverture. C’est cette dernière dimension qui a été testée dans une étude réalisée en Italie. Les chercheurs visaient à montrer qu’il existe une relation entre la connexion des régions mésocorticales et ce trait de personnalité.

L’ouverture peut être définie comme la curiosité intellectuelle de l’individu, et inclut des traits comme la recherche de sensations nouvelles, la créativité et la capacité à être influencé par l’expérience sensorielle. Ce qui ferait que les personnes avec ce trait seraient décrites comme plus « perméables » aux stimuli saillants.

circuit DA
La voie mésocorticale

Quelques auteurs ont proposé que cette dimension est associée à la voie mésocorticale, qui comprend l’aire tegmentale ventrale (ATV) dont les axones projettent sur le cortex frontal, ventral, sur le gyrus cingulaire antérieur, et le cortex préfrontalCette voie joue un rôle dans la concentration et dans des fonctions exécutives comme la mémoire de travail. La dopamine (DA) qui est sécrétée dans cette zone a un rôle majeur dans le codage, le maintien et la mise à jour des informations importantes pour des comportements adaptatifs, et plus généralement, pour orienter l’attention vers les stimuli saillants.

Dans cette étude, après avoir répondu au questionnaire NEO-PI-R (Revised NEO Personality Inventory) qui mesure ces 5 dimensions de la personnalité, l’activité cérébrale des 46 participants à été mesurée à partir d’IRMf (Imagerie par résonance magnétique fonctionnelle). Tout d’abord les participants étaient au repos dans le scanner, ensuite on leur présentait des stimuli olfactifs (odeurs agréables) et finalement, des stimuli visuels (photographies de nourriture).

Les résultats de cette étude montrent que le trait de personnalité « ouverture » est associé par une corrélation positive à l’activation de certaines régions du cerveau. Notamment, lorsque les participants avaient des scores plus élevés au questionnaire mesurant l’ouverture, on retrouvait plus de connexions dans la voie mésocorticale.

Selon les auteurs, une hypothèse possible est que l’augmentation des messages entre ces aires réduirait le seuil de traitement de l’information chez les personnes dit « ouvertes » et cela les rendrait plus « perméables » aux stimuli, leur permettant de montrer un grand éventail d’intérêts, une imagination active et des niveaux hauts de curiosité et de créativité.

Cette étude pourrait être un premier pas pour comprendre comment ces traits de personnalité sont liés aux troubles pathologiques, tel que la mania.  Un trouble caractérisé par un style de personnalité créatif et ouvert d’esprit.

Sources : article publié par Marisa Fernandez dans Psyciencia

doi:10.1016/j.neuroimage.2014.09.017 «Increased functional connectivity within mesocortical networks in open people»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s